Freud et le mouvement de pédagogie psychanalytique : 1908-1937 PDF

Après sa naissance, elle est confiée à une nourrice irlandaise qui s’occupa beaucoup d’elle, au point que ses parents devaient lui parler anglais pour obtenir un sourire. Françoise Dolto est élevée de freud et le mouvement de pédagogie psychanalytique : 1908-1937 PDF très traditionnelle.


Dès 1908, s’est créé et développé, tout d’abord à Zurich et à Vienne, un mouvement de pédagogie psychanalytique, en étroite relation avec le fondateur de la psychanalyse. Envisager l’influence que les « figures de proue » de ce mouvement ont eue sur Freud, c’est en venir à adopter un point de vue différent sur les rapports de la pédagogie et de la psychanalyse. C’est aussi découvrir un visage inattendu de Freud et de ses rapports à l’anthropologie et à la philosophie. La vision de l’auteur renouvelle donc tout d’abord la perspective sur quelques polémiques récentes concernant la psychanalyse et son fondateur. En outre, l’analyse à la fois historique et conceptuelle des travaux d’Aichhorn, Zulliger et Pfister, réactualise les apories constitutives de l’un des trois « impossibles » métiers: celui d’éduquer. Les difficultés soulevées par la rééducation des jeunes délinquants, par l’éducation des enfants issus des milieux les plus frustres ou par l’attention portée aux névroses religieuses anticipent celles que connaît le monde contemporain vis-à-vis de sa jeunesse.
En parcourant différentes modalités d’application de la psychanalyse à la pédagogie, ce livre éclaire notre présent.

Elle a une institutrice personnelle formée à la méthode Fröbel. Françoise de ne pas avoir prié assez fort pour la guérison de sa sœur. Elle lui avait dit, la veille de sa Première communion, que les prières d’un enfant très pur pourraient la sauver. Pour sa mère, une fille n’a d’autre horizon que le mariage et, forte de ce principe, elle lui interdit de poursuivre des études.

Laforgue, trouvant à Françoise Dolto des aptitudes, lui conseille de devenir elle-même psychanalyste, ce qu’elle refuse d’abord, voulant se consacrer à la médecine. Ses patients seront surtout des enfants et des psychotiques. En 1938, Françoise rencontre le docteur Édouard Pichon à l’hôpital Bretonneau. Astrid Quemener rapporte que  les deux psychanalystes étaient amis et se vouaient une grande estime réciproque. En 1939, sur les conseils de Laforgue et après avoir été en contrôle avec Nacht et Lagache, elle devient membre adhérente de la Société psychanalytique de Paris. La déraison pure, Didier Pleux évoque la naïveté politique de la jeune femme, plutôt à l’aise dans la France du début des années 1940.

Ils s’intéressent tous deux aux rapports entre corps et psychisme, et leurs échanges sur ce thème seront très enrichissants. Elle a demandé que soit inscrit sur sa pierre tombale :  N’ayez pas peur ! Françoise Dolto fut une fervente militante de la  cause des enfants , faisant de l’enfant en souffrance et de ses rapports avec la mère son domaine de prédilection. L’enfant a toujours l’intuition de son histoire. De ce fait, elle souligne l’importance de la parole que l’adulte peut adresser à l’enfant sur ce qui le concerne, parole qui peut l’aider à construire sa pensée. Ainsi, pour Dolto, l’enfant peut être psychanalysé très tôt en tant qu’individu. L’enfance a ainsi un rôle fondamental dans le développement de l’individu.

Par exemple : apprendre à marcher, ou même à se déplacer à quatre pattes, c’est commencer à vouloir s’affranchir des parents et exprimer un début de désir d’indépendance. Elle analyse les rapports enfants-parents, et notamment l’origine du complexe d’Œdipe et l’importance du rôle du père dès les premiers jours. Dans La Difficulté de vivre, elle explique comment répondre à un enfant qui pose des questions autour de sa naissance. Elle y explique le rôle de l’affect comme support de l’intelligence et porteur de l’expression des troubles.