L’arbre du voyageur PDF

Ce fait lui a valu son nom vernaculaire dans les langues occidentales, car l’arbre permet ainsi de désaltérer le voyageur. Originaire de Madagascar, l’l’arbre du voyageur PDF du voyageur fait partie de la famille des Strelitziacées. Ses vastes feuilles sont disposées en éventail, dans un même plan.


 » Peu après son entrée en primaire, il avait tranquillement quitté la maison. « L’école, ça ne lui a jamais beaucoup plu », disait ma mère avec un sourire fataliste. Mon frère était donc parti sur un coup de tête, sans que rien laissât deviner cette intention. Ces escapades se renouvelèrent. Parfois il ne rentrait pas de toute une journée, voire deux. « 
Mais, devenu adulte, Yûji finit par disparaître pour de bon, sans plus jamais donner de nouvelles. Dix ans plus tard, son jeune frère décide de partir à sa recherche. Au cours de ce qui va vite faire figure de quête initiatique à travers les lieux cultes d’un Tokyo ultra-branché, il va découvrir tous les dangers qui guettent le  » voyageur  » égaré dans le
monde moderne : la violence, la drogue, les sectes…
L’étrange personnalité de Yûji, qui inspire à la fois répulsion et bizarre sympathie, se révèle peu à peu, pour se dérober ensuite – jusqu’au coup de théâtre final.

Leur base en forme de coupe retient l’eau de pluie dans laquelle de nombreux moustiques viennent pondre. Le pétiole est plus long que le limbe. Lorsqu’il fleurit, il produit de grandes fleurs blanches, à 3 sépales, 3 pétales et 6 étamines, dans des spathes de 15-20 cm. Madagascar, la floraison commence en septembre.

La pollinisation est assurée par les chauve-souris et les lémuriens. Les fruits sont des capsules à 6 loges, ressemblant à des bananes ligneuses, contenant de nombreuses graines entourées de fibres d’un bleu intense qui attirent les oiseaux. Une légende erronée voulait que son nom d’ arbre du voyageur  provienne de ce que l’eau de pluie, qui s’accumule dans les cales cavités à la base de ses feuilles, permettrait au voyageur de se désaltérer. Mais cette eau, où macèrent feuilles et insectes morts aux températures tropicales, est impropre à boire. Il est bien connu aujourd’hui que rien ne justifie la réputation faite au Ravenala et la légende qui lui a valu son nom vulgaire.

La vérité est qu’il croît, non dans les déserts, mais bien dans des sols humides ou à proximité des cours d’eau. L’eau contenue au cœur de l’arbre permet de désaltérer le voyageur. En perçant le cœur de l’arbre, de l’eau fraîche en jaillit qui est particulièrement désaltérante. Espèce endémique de Madagascar, le ravenale prédomine sur la façade orientale de la grande île. C’est une des rares espèces endémiques forestières à survivre dans les formations herbeuses secondaires et dans les fourrés d’exotiques, toujours sur des sols frais et humides. Il croît de manière très rapide là où les forêts primaires ont été déboisées ou brûlées.