L’Avant-guerre civile PDF

Sécession, appelée  guerre civile américaine  en anglais. Du point de vue du droit de l’Avant-guerre civile PDF guerre, on utilise l’expression  conflit armé non international , le mot  guerre  étant réservé au conflit armé international.


Enfin réédité, voici un ouvrage capital pour comprendre notre temps.
L’avant-guerre civile a fait sensation lors de sa sortie en 1998. Avec des années d’avance, il décrivait les conséquences de l effondrement de l URSS. Une fois le grand Ennemi disparu, qu’allait faire le système de pouvoir occidental pour se légitimer? Se reconstruire un ennemi, au besoin dans sa propre basse-cour. L’après-guerre froide aurait pu être la paix. Ce fut l’avant-guerre civile. Philosophe politique, mais aussi grand érudit, critique littéraire et connaisseur de la pensée antique, Eric Werner invite toute l expérience et la sagesse de l Occident à se pencher sur le berceau de l ère nouvelle que nous vivons. Il montre les continuités, ouvertes et secrètes, du Pouvoir. Il dégage aussi les situations inédites et potentiellement incontrôlables. Il consolide enfin les passerelles que nul n osait trop évoquer entre l ordre et son contraire, le chaos violent. Ce qui n était que frôlements et connexions fortuites apparaît désormais comme l architecture même du contrôle politique et social de la masse globalisée.
Plus de quinze ans après sa première édition, ce livre trouve des illustrations confondantes dans l actualité géopolitique et sociale de notre temps. Ecrit dans un style éblouissant, L Avant-guerre civile est une véritable école de pensée et d intelligence pour les temps de troubles.

Pour être considérées comme  guerre , les hostilités doivent atteindre un certain degré d’intensité et se prolonger un certain temps. La localisation du conflit au sein d’un État distingue la guerre civile du conflit armé international, qui oppose les forces armées d’au moins deux États. Il est courant que les groupes armés soient soutenus, plus ou moins ouvertement, par d’autres États. L’origine d’une guerre civile peut être de toute nature : ethnique, religieuse, communautaire, sociale, économique, une autre guerre, politique, idéologique ou encore territoriale. Particulièrement dans ce dernier cas, une guerre civile pourra être considérée comme une guerre d’indépendance si elle a pour objectif la lutte contre une domination coloniale ou une occupation étrangère. Enfin, selon les économistes Mark Gersovitz et Norma Kriger,  Une guerre civile se définit par un conflit prolongé de grande échelle, politiquement organisé, physiquement violent, qui se produit au sein d’un pays, principalement entre deux larges groupes de citoyens qui se disputent le monopole de la force physique.

Cette procédure rarissime avait pour but, pour ledit État, de se dégager de sa responsabilité internationale pour les actes des rebelles, et n’avait lieu d’être que lorsque la rébellion était devenue trop forte. En dehors de la reconnaissance de belligérance, existait la possibilité de reconnaitre les rebelles comme des  insurgés , ce qui leur assurait de ne pas être traités comme des criminels par les États tiers leur ayant reconnu cette qualité. La guerre d’Espagne notamment avait démontré l’insuffisance des outils juridiques internationaux s’appliquant aux guerres civiles. En 1949, on s’oriente donc, avec les Conventions de Genève, vers une définition objective du concept de guerre civile et des conséquences qui s’y attachent. Cet effort a été poursuivi par l’adoption, en 1977, du Protocole additionnel II aux Conventions de Genève, relatif aux conflits armés non internationaux. Le Protocole II a pour objectif l’application des règles principales du droit des conflits armés aux conflits non internationaux, opposant les forces armées d’un État à des groupes d’opposition armés, sans pour autant reconnaître un statut particulier à ces derniers.

Enfin, l’article 8 des statuts de la Cour pénale internationale assimile aux crimes de guerre les violations des règles essentielles de conduite des conflits non internationaux. Croisade des Albigeois, de 1209 à 1229, à l’encontre des Cathares, en France. Révolte des Taiping en Chine de 1851 à 1864. Semaine sanglante à la fin de la Commune de Paris en 1871. L’Europe a connu sur son sol deux guerres mondiales d’une violence inouïe, et les premières années du XXe siècle, ainsi que pratiquement toute l’entre-deux-guerres, ont été marquées par une grande violence politique, sociale et militaire, dont des conflits ethniques.

Guerre civile russe de 1918 à 1921. 1998 à 2002, impliquant neuf pays. Dictionnaire de la terminologie du droit international, éd. 308, cité par Olivier Revah, Quelles chances de survie pour l’État post-conflit ? Outre un aspect  reconnaissance  de la rébellion. 1997, Guerres civiles, Consulté le 26 juin 2007. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 5 décembre 2018 à 00:12. Flag of the Far Eastern Republic. Flag of the Commune of the Working People of Estonia. Flag of the First Republic of Armenia.

Flag of the Mountainous Republic of the Northern Caucasus. Flag of the Emirate of Bukhara. La guerre civile russe est l’ensemble des événements qui déchirent l’ancien Empire russe durant plus de cinq années, de la fin 1917 à 1923, le gros des combats étant terminé en 1921. La guerre civile russe n’oppose pas simplement les révolutionnaires bolcheviks aux  Blancs  monarchistes partisans du retour à l’ancien régime tsariste. Enfin, les retournements d’alliance et les divisions internes n’ont pas manqué, ni les retournements de situation : Kiev change ainsi 14 fois de main pendant la guerre. Les bolcheviks ont bénéficié de leur organisation supérieure et de leur discipline. Blancs, lequel tendait au retour pur et simple à l’état des choses antérieur.

Le camp des opposants à la révolution d’Octobre a pâti de son hétérogénéité et de ses désunions. Certains généraux  blancs  tels Lavr Kornilov se soucient en fait fort peu de rétablir la monarchie, et se voient très bien à la tête d’une république dictatoriale. Selon Serge Wolikow,  la guerre civile forme le Parti et fabrique une politique identifiée à la révolution sans être celle qui avait été rêvée. La signature du traité de Brest-Litovsk en mars 1918 et la réaction des forces politiques russes opposées au nouveau régime constitue un premier coup d’arrêt à l’expansion territoriale soviétique.

Partition du territoire soviétique au 24 avril 1918. La victoire de la toute nouvelle Armée rouge à Kazan le 10 septembre 1918 symbolise la fin du recul soviétique. Partition du territoire soviétique au 07 septembre 1918. 1918, le front bolchevik ne recule plus. La Biélorussie et la région de la Volga sont même reconquises en janvier-février 1919.