L’entre-deux PDF

1929, la Grande Dépression et la montée des nationalismes étatiques agressifs créent une atmosphère de tension et de peur alimentées par l’installation au pouvoir d’idéologies totalitaires. En Europe, la brutalité humaine, sociale, politique, militaire et industrielles des deux guerres mondiales, d’une violence inouïe, cause de l’entre-deux PDF de victimes, a donné lieu à l’idée d’une guerre civile européenne qui aurait duré sous diverses formes du début du siècle à 1945. L’entre-deux-guerres apparaît ainsi comme une période de brève et relative accalmie. Cette période connaît des progrès techniques et scientifiques considérables et de grands changements culturels et sociaux.


L’appellation  entre-deux-guerres , utilisée pour cette période, est à prendre avec recul, car elle ne retranscrit en rien l’esprit de l’époque. En effet, les protagonistes n’avaient bien évidemment pas conscience de vivre une période de calme – tout relatif – avant un second conflit mondial, et ce, même si des signes politiques alarmants le laissaient présager, et que la période fut loin d’être exempte de conflits régionaux. La seconde moitié de la période, après la crise de 1929 est celle de la Grande Dépression et du basculement d’une grande partie de l’Europe dans la dictature. Cette période constitue néanmoins un ensemble cohérent et homogène qui peut s’appréhender dans sa globalité. Le règlement général du conflit mondial pose de nombreux problèmes. L’Europe, dans son ensemble très affaiblie, peine à se remettre de ses blessures. Le bilan est dramatique sur le plan humain et matériel alors qu’un nouveau rapport de force international voit le jour.

Une nouvelle carte du continent émerge qui crée de nouvelles tensions. Le calme ne revient en fin de compte qu’au milieu de la décennie. Après le traumatisme de la Grande Guerre, fusaient en France les  plus jamais ça ! Cette organisation internationale avait pour objectifs le désarmement, la prévention des guerres au travers du principe de sécurité collective, la résolution des conflits par la négociation et l’amélioration globale de la qualité de vie. L’approche diplomatique qui avait présidé à la création de la Société représentait un changement fondamental par rapport à la pensée des siècles précédents, en prônant la négociation collective à l’encontre de la diplomatie secrète. De nombreux mouvements pacifistes apparurent, et s’internationalisèrent. En 1921 se tint le premier congrès de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle.

Marqués par les dégâts de la Première Guerre mondiale, il s’agissait pour eux de lancer le grand projet d’une éducation internationale. Ce Congrès était le résultat du mouvement pacifiste qui avait succédé à la Première Guerre mondiale. Il avait semblé alors que pour assurer au monde un avenir de paix, rien ne pouvait être plus efficace que de développer dans les jeunes générations le respect de la personne humaine par une éducation appropriée. Ainsi pourraient s’épanouir les sentiments de solidarité et de fraternité humaines qui sont aux antipodes de la guerre et de la violence. Une conférence internationale appelée par les bolcheviks se tint en mars 1919 à Moscou et se transforma en congrès de fondation de la IIIe Internationale. Les années 1919-1923 sont remplies d’espoir. Un tournant autoritaire apparaît dès 1920-1921 avec l’exclusion de nombreux militants de la gauche de l’Internationale.

Première Guerre mondiale, les empires allemand et ottoman se trouvent dans le camp des vaincus. Par le traité de Sèvres, le territoire turc devait également être partagé en zones d’influence au profit des Alliés, ainsi que des minorités kurdes et arméniennes. La révolution égyptienne de 1919 contre le colonialisme britannique en Égypte et au Soudan aboutit à l’indépendance de l’Égypte en 1922. Joséphine Baker, figure emblématique des  années folles  en France.