L’objet du siècle PDF

L’analyse phylogénétique des lentivirus a confirmé le lien entre le VIS et le VIH. C’est la théorie dite  du chasseur de viande de brousse , qui a été retenue par la communauté scientifique. D’autres théories ont pu être avancées pour expliquer l’objet du siècle PDF passage du singe à l’homme dont la plus connue et la plus âprement discutée fut celle du vaccin anti-polio. Cette théorie initialement avancée par Béatrice Hahn, Paul Sharp et Bette Korber et reprise par Stanley Plotkin, Hilary Koprowski ainsi que par Paul Osterrieth, suppose la contamination d’un chasseur par le virus simien : cela a dû se produire à la suite d’une morsure par un animal, ou par une écorchure à l’occasion du dépeçage d’un animal infecté.


Et s’il venait à l’esprit de désigner parmi tous les objets du monde celui qui serait l’Objet du XXe siècle ? L’Objet Moderne? Que dans ce siècle de triomphe des objets on se tourne d’abord vers l’art, ce n’est pas pour faire joli, mais parce que les oeuvres d’art sont des objets un peu spéciaux: des objets qui pensent et qui font voir – spécialement ce que c’est qu’un objet. Un genre de lunettes intelligentes. Et ce que des oeuvres inaugurales de l’art de ce siècle nous découvrent – merci Duchamp! vive Malevitch ! c’est une chose assez curieuse, des objets tout tissés d’absence, au point qu’objet et absence d’objet ce serait presque tout un. On dira que l’absence ce n’est pas vraiment un objet, pas comme une chaise ou un ours en peluche. Objet subtil, mal visible, peut-être, mais qui niera qu’on s’y cogne parfois durement? Et comment ne pas buter contre le fait qu’au coeur même de ce siècle se sont dressées des usines à absence, conçues pour fabriquer de l’absence comme des savonnettes ? Auschwitz & Co. Que le siècle de l’objet aura autant été le siècle de l’absence, voilà l’idée. Que l’art nous montre ça, voilà le soupçon. Nos sociétés font tout pour nous distraire. C’est gentil. Fermez les yeux, telle est l’invitation au sommeil dont elles nous bercent. Je tiens que l’art de ce temps convie à autre chose: à ouvrir l’oeil, et regarder le siècle. C’est dur, mais juste.

Afrique centrale dans des pays comme le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon ou le Congo Brazzaville. Les opposants à cette hypothèse d’une transmission accidentelle du singe à l’homme, au cours d’une chasse, font valoir qu’elle n’explique pas pourquoi le SIDA est apparu soudainement alors que le singe, porteur du VIS depuis plusieurs milliers d’années, est depuis toujours chassé en Afrique. De la même façon il est reproché à cette théorie de ne pas rendre compte de la simultanéité de l’apparition des cas contaminés et de leur localisation géographique. VIH dans une population de chasseurs cueilleurs du Cameroun n’a pu produire aucun résultat confortant l’hypothèse de la contamination par la viande de brousse. D’autres arguments viennent expliquer pourquoi l’épidémie s’est développée dans la deuxième partie du vingtième siècle. Rwanda Burundi entre 1957 et 1960. 1981 viennent des villes et des villages mêmes où ce vaccin a été utilisé vingt années plus tôt.

Sans aucune affiliation académique, il ne parvint pas alors à se faire publier. Indépendamment de Louis Pascal, deux équipes proposèrent chacune une hypothèse reliant le SIDA au vaccin polio : il y eut d’abord l’article resté sans suite des professeurs Gerasimos Lecatsas et Jennifer J. 1993 mais accompagnée d’un éditorial désapprobateur. Curtis lui-même connut un discrédit durable.

Dès 1990, un journaliste britannique, Edward Hooper, interpellé par cette hypothèse, commence un long travail d’investigation qui l’amène à recueillir documents et témoignages sur le terrain. Il est soutenu par Bill Hamilton, un biologiste reconnu, qui l’accompagne au Congo pour recueillir des données. Unis et en Grande-Bretagne, mais jamais traduit en français, cet ouvrage connut une large diffusion et fut abondamment commenté. La confrontation de la thèse proposée par Hooper avec celle défendue par ses opposants s’ensuivit par le biais de différents articles. Londres les 11 et 12 septembre 2000 et à la suite de laquelle la théorie du vaccin anti-polio fut présentée comme défaite.