La Musique d’Erich Zann (suivi de) Histoire du Necronomicon PDF

Ses sources d’inspiration, tout comme ses créations, sont relatives à l’horreur cosmique, à l’idée selon laquelle l’homme ne peut pas comprendre la vie et que l’univers lui est profondément étranger. Les héros de Lovecraft éprouvent en général des sentiments qui sont à l’opposé de la gnose et la Musique d’Erich Zann (suivi de) Histoire du Necronomicon PDF mysticisme au moment où, involontairement, ils ont un aperçu de l’horreur de la réalité. Il est le fils unique de Winfield Scott Lovecraft, un commerçant ambulant qui vend des bijoux et des métaux précieux, et de Sarah Susan Phillips Lovecraft dont la généalogie, aux États-Unis, remonte à l’époque de la colonie de la baie du Massachusetts, en 1630. Phillips Whipple, grand-père maternel de Lovecraft.


Howard Phillips Lovecraft est sans nul doute l’auteur fantastique le plus influent du XXe siècle.
Son imaginaire unique et terrifiant n’a cessé d’inspirer des générations d’écrivains, de cinéastes, d’artistes ou de créateurs d’univers de jeux, de Neil Gaiman à Michel Houellebecq en passant par Metallica.

Le mythe de Cthulhu est au cœur de cette œuvre: un panthéon de dieux et d’êtres monstrueux venus du cosmos et de la nuit des temps ressurgissent pour reprendre possession de notre monde. Ceux qui en sont témoins sont voués à la folie et à la destruction.

Découvrez ou replongez-vous avec un délice coupable dans les récits les plus emblématiques de ce mythe, qui vous sont proposés à l’unité au sein de la collection Brage…

Le mythe de Cthulhu n’a jamais été aussi réel…

Après l’hospitalisation de son père, Lovecraft est élevé par sa mère, ses deux tantes, Lillian Delora Phillips et Annie Emeline Phillips, et par son grand-père maternel, Whipple Van Buren Phillips. Ils résident tous les cinq dans la demeure familiale. Lovecraft est surdoué, récite des poèmes par cœur à trois ans, écrit ses premiers à six. Thomas Bulfinch et des versions pour enfants de l’Iliade et de l’Odyssée. Ce même grand-père intrigue d’ailleurs le jeune Lovecraft en lui racontant ses propres histoires gothiques.

Enfant, Lovecraft est fréquemment malade, peut-être de manière psychosomatique, bien qu’il attribuât ses souffrances à des causes purement physiologiques. L’idée selon laquelle il aurait souffert de la syphilis de manière congénitale a été invalidée. Par ailleurs, à cause de sa condition physique médiocre et de son caractère effronté, il n’est jamais allé à l’école avant l’âge de huit ans et en a été retiré après à peine un an. Lovecraft est tellement dérouté par cette perte qu’il pense un moment au suicide. Lovecraft à comprendre les mathématiques, une matière qu’il devait maîtriser pour devenir astronome professionnel. De 1908 à 1913, il se consacre surtout à la poésie.

Pendant cette période, il vit comme un ermite et n’a de contact qu’avec sa mère. S’ensuit un débat dans les colonnes du magazine qui attire l’œil d’Edward F. L’UAPA revivifie Lovecraft et l’incite à publier des poèmes et des essais. Ses correspondances, longues et fréquentes, font de lui l’un des plus grands auteurs de lettres du siècle. On compte parmi ses contacts : Robert Bloch, Clark Ashton Smith et Robert E. Elle écrit néanmoins fréquemment à son fils et ils restent très proches jusqu’à sa mort, le 21 mai 1921, après des complications consécutives à une opération de la vésicule biliaire.

Quelques semaines plus tard, Lovecraft assiste à un congrès de journalistes amateurs à Boston lors duquel il rencontre Sonia Greene. Née en 1883, elle est d’origine juive et ukrainienne. Au départ, Lovecraft aime beaucoup New York, mais, très vite, le couple doit faire face à des difficultés financières. Greene perd son commerce, elle est en mauvaise santé. Quelques années plus tard, Lovecraft et Sonia divorcent à l’amiable, mais la procédure n’aboutit jamais tout à fait. 10 Barnes Street où il demeurera jusqu’en 1933. C’est d’ailleurs l’adresse du Dr Willett dans L’Affaire Charles Dexter Ward.

L’Affaire Charles Dexter Ward et Les Montagnes hallucinées. Malgré ses efforts, il ne parviendra jamais à gagner d’argent. Il doit déménager avec sa dernière tante dans un logement encore plus petit et inconfortable. Il est par ailleurs très affecté par le suicide de Robert E.

Howard en 1936, avec lequel il entretenait une relation épistolaire. Le nom de Lovecraft est inscrit parmi ceux de ses parents et du reste de sa famille sur le monument familial. Mais ce n’était pas assez pour ses fans et, en 1977, un groupe de particuliers collecte des fonds pour lui offrir sa propre stèle. Il correspond cependant sur une base régulière avec d’autres écrivains comme Clark Ashton Smith et August Derleth, qui deviendront de bons amis même s’ils ne se sont jamais rencontrés. Certains critiques parlent de trois phases dans les écrits de Lovecraft.

Même si ce dernier n’en parle jamais dans les mêmes termes :  J’ai eu ma période Poe, ma période Lord Dunsany, mais, hélas, à quand ma période Lovecraft ? Certains critiques voient peu de différences entre le cycle onirique et le Mythe et mettent en avant le recours fréquent au Necronomicon et aux dieux. L’une des explications avancées est que le cycle onirique appartiendrait plutôt au genre de la fantasy tandis que le Mythe appartiendrait plutôt à la science-fiction. Cependant, la découverte des histoires de Dunsany, avec des dieux qui vivent dans un plan onirique, fait changer Lovecraft de direction. Homme est encore plus insignifiant, impuissant et condamné dans un univers matérialiste et mécanique. L’ensemble devient très sombre au moment de la création de ce que nous appelons aujourd’hui le Mythe de Cthulhu et de son panthéon de dieux venus d’autres dimensions.

Lovecraft crée l’un des outils horrifiques les plus connus : le Necronomicon, le grimoire secret de l’Arabe fou Abdul al-Hazred. Dans l’ouverture de  L’Appel de Cthulhu – I. Ce qu’il y a de plus pitoyable au monde, c’est, je crois, l’incapacité de l’esprit humain à relier tout ce qu’il renferme. Nous vivons sur une île placide d’ignorance, environnée de noirs océans d’infinitude que nous n’avons pas été destinés à parcourir bien loin. Les sciences, chacune s’évertuant dans sa propre direction, nous ont jusqu’à présent peu nui.