La vie d’Irène Némirovsky : 1903-1942 PDF

Edmond de Goncourt, créateur du prix par testament, cliché de Nadar. Le prix Goncourt est un prix littéraire français récompensant des auteurs d’expression française, créé par le testament d’Edmond de Goncourt en 1892. Le prix annuel est décerné au début du mois de la vie d’Irène Némirovsky : 1903-1942 PDF par l’académie Goncourt, après trois présélections successives, en septembre et en octobre, parmi les romans publiés dans l’année en cours.


Irène NEMIROVSKY a connu malgré elle le destin le plus romanesque qui soit. Peu d’écrivains ont joui d’une résurrection posthume aussi éclatante que celle qu’a engendrée le triomphe international de Suite française (prix Renaudot 2004). Née en Ukraine en 1903 dans une famille de la bourgeoisie juive aisée établie à Paris en 1919 après avoir fui la révolution russe, Irène Némirovsky y a fait toute sa carrière d’écrivain. Son roman David Golder, publié en 1929, est un succès, suivi par deux chefs-d’œuvre, Le Bal (1930) et Les Mouches d’automne (1931). Elle mène une vie heureuse entre Paris et la Côte basque jusqu’aux premières convulsions de la crise qui mènera à la Seconde Guerre mondiale. En juillet 1942, elle est arrêtée par la police française dans le petit village de Bourgogne où elle était repliée, puis déportée à Auschwitz. Elle y meurt le mois suivant. Pour écrire cette biographie, Olivier Philipponnat et Patrick Lienhardt se sont rendus en Russie, où ils ont recueilli des informations jusque-là inconnues, et ont puisé à des sources inédites, comme les carnets de travail d’Irène Némirovsky et ses écrits autobiographiques. Portrait d’un écrivain, récit de la vie d’une femme, miroir de la société intellectuelle européenne d’avant-guerre, La Vie d’Irène Némirovsky est un document passionnant où la vie des mots prend sa revanche sur la mort des corps.

Cependant, l’Académie Goncourt devant être reconnue d’utilité publique, elle doit placer ses fonds sous forme de portefeuille comprenant des obligations d’État, certes peu rémunératrices mais jugées sûres. Un chèque est remis au lauréat depuis 1903, il décerne à l’origine des romans naturalistes pour échapper à l’érudition qu’affectionnent les académiciens. En marge du prix Goncourt, l’Académie décerne en outre les bourses Goncourt de la poésie, de la nouvelle, de la biographie, de la jeunesse et du premier roman. Ils se réunissent chaque premier mardi du mois depuis 1920 dans leur salon, au premier étage du restaurant.

Le prix est attribué début novembre. Si après quatorze tours de scrutin il n’y a pas de lauréat élu le président a une voix double pour déterminer une majorité de vote. Le prix ne peut être décerné qu’une seule fois à un même écrivain. Le prix Goncourt est indissociable, depuis 1926, du prix Renaudot, créé cette année-là par dix critiques littéraires qui attendaient la proclamation faite par le président de l’Académie Goncourt. En 1988, l’Académie Goncourt a accueilli avec bienveillance la création du prix Goncourt des lycéens par la Fnac, en collaboration avec le rectorat de Rennes. Secrétaire générale de l’Académie Goncourt depuis 1998, Marie Dabadie participe à ce que la marque  Goncourt  soit officiellement déposée et à créer un site Internet. François Nourissier des années plus tard qualifiera encore du  scandale des Goncourt .