LE CHRIST DE KIERKEGAARD. Devenir chrétien par passion d’exister PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Kierkegaard vers 1840, LE CHRIST DE KIERKEGAARD. Devenir chrétien par passion d’exister PDF inachevé réalisé par son cousin Niels Christian Kierkegaard.


Les premiers travaux de Kierkegaard ont été publiés sous différents pseudonymes qu’il utilisait pour présenter des points de vue différents. Il explorait les questions sous différents angles, chacun sous un pseudonyme différent. Il a également publié de nombreux discours d’édification sous son propre nom. Parmi les idées clés de Kierkegaard figurent le concept de vérités subjectives et objectives, la dichotomie du souvenir et de la répétition, l’angoisse, la distinction qualitative infinie, la foi comme passion, les trois étapes de la vie. Kierkegaard a écrit en danois et la réception de son travail a été initialement limitée à la Scandinavie, mais au début du 20ème siècle, ses écrits ont été traduits en français, allemand et autres langues européennes majeures.

Søren Kierkegaard est issu d’une famille bourgeoise aisée de sept enfants. Michael Pedersen Kierkegaard a quitté le milieu paysan et fait fortune dans le commerce de la bonneterie. Portrait de Regine Olsen, sa fiancée en 1840. En 1831, l’année de la mort de Hegel, il commence des études de théologie à l’université de Copenhague. De 1819 à 1834, sa mère, puis ses trois sœurs aînées et deux de ses frères meurent tour à tour, soit de maladie soit accidentellement, sans jamais dépasser l’âge de 33 ans, ce qui l’amène à croire qu’il ne dépassera pas lui non plus l’âge du Christ.

Lors d’un dîner chez des amis communs, un soir du mois de mai 1837, il rencontre la jeune Regine Olsen, dont il s’éprend. En 1840, il la demande même en mariage. Elle accepte, mais un an plus tard, il rompt soudainement avec elle après lui avoir renvoyé son anneau de fiançailles. La même année, il soutient sa thèse de doctorat sur Le Concept d’ironie constamment rapporté à Socrate. Il part pour Berlin où, de novembre 1841 à février 1842, il suit les cours de Schelling, qui le déçoivent. Ou bien ou bien et les Deux discours édifiants, datant tous deux de 1843, constituent, suite à sa thèse et en continuité avec elle, le début d’un long projet d’écriture où écrits pseudonymes et écrits ouvertement religieux vont alterner en permanence.