Le Fanatisme: Modes d’emploi PDF

Comment la Chine domine-t-elle le marché du solaire ? Le pétrole issu des sables bitumineux va-t-il être banni en Europe ? C’est une petite victoire des écologistes sur les énergies fossiles les le Fanatisme: Modes d’emploi PDF polluantes.


Pour disqualifier un ennemi politique, le fanatisme est l’un des meilleurs outils possibles. On peut l’utiliser contre des peuples non « civilisés », contre des groupes qui n’ont pas eu la chance d’accéder à l’universalité occidentale : il s’agit alors de fanatisme irrationnel . Mais on peut aussi accuser de fanatisme les esprits froids qui mettent en application leurs idées abstraites sur le bonheur de l’humanité – Robespierre, Lénine, Mao, ou le fanatisme hyper- rationnel . Dans tous les cas, l’accusation de fanatisme est portée contre ceux qui troublent l’ordre des choses, que ce soit par la révolte anticoloniale ou par la révolution égalitaire.

De la guerre des Paysans au XVIe siècle en Allemagne jusqu’à la guerre froide, Alberto Toscano décrit les modes d’emploi d’une notion dont on peut aujourd’hui, des banlieues à l’Afghanistan, recenser tous les usages pervers.

Mardi 4 octobre, l’Union européenne a adressé aux Etats membres une proposition de directive pénalisant l’utilisation du pétrole tiré des sables bitumineux, dont l’extraction représente une menace pour l’environnement. Les sables bitumineux sont ce que l’on appelle une source de pétrole non conventionnel. Car contrairement au pétrole dit classique, qui afflue naturellement, sous forme liquide, à la surface lors de l’extraction, ces résidus de pétrole contenus dans les roches superficielles prennent la forme d’un bitume très visqueux et lourd, aggloméré avec du sable ou du schiste. Conséquence : leur exploitation s’avère difficile et coûteuse.

Si elle a été rendue possible depuis quelques années par l’augmentation des cours du pétrole, elle nécessite néanmoins des techniques d’extraction complexes et polluantes. Les associations vertes, qui en ont fait l’une de leurs bêtes noires, leur reprochent ainsi l’engloutissement de vastes quantités d’eau, la destruction d’hectares de forêts et la pollution méthodique des sols et nappes phréatiques. En Alberta, au Canada, principal producteur de ce pétrole avec le Venezuela, un rapport officiel publié mardi confirme ces griefs : selon l’audit,  la pollution atmosphérique issue des sables bitumineux a plus que doublé au cours de la dernière décennie, conduisant à de fréquentes pluies acides qui menacent les lacs et les forêts alentour. Car c’est là le principal méfait de ces sables bitumineux : leur extraction émet davantage de gaz à effet de serre que les forages de pétrole traditionnels.