Les politiques du sensible dans le monde afro-américain et diasporique PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Drapeau de l’UNIA, utilisé plutôt par les Afro-Américains, malgré le fait qu’il ne reprenne pas les couleurs panafricaines. Le cœur de son principe consiste en la certitude que les peuples d’Afrique et de la diaspora partagent une histoire et une destinée commune et que leur les politiques du sensible dans le monde afro-américain et diasporique PDF social, économique et politique est lié à leur unité.


Cet ouvrage rassemble huit articles qui examinent les manières d’expérimenter, d’exprimer, de dire et de figurer « le sensible » tel qu’il est présenté et mis en jeu par des artistes africains-américains dans leurs oeuvres littéraires, filmiques, et musicales. Il s’agit d’interroger l’écriture de l’histoire et l’expérience africaine-américaine et la relation entre histoire et fiction. (Articles en français et en anglais)

Son objectif ultime est la réalisation d’une organisation politique intégrée de toutes les nations et peuples d’Afrique. Historiquement, l’idée se développe en réaction aux conséquences du démantèlement progressif de l’esclavage en Amérique. Du Bois contribuent à l’affirmation politique du projet panafricain. Avec la décolonisation, celui-ci prend une ampleur nouvelle et se retrouve incarné par des dirigeants tels que Kwame Nkrumah.

Celui-ci est premièrement textuel : un acte du 25 mars 1807 interdit la traite négrière sur tous les territoires et côtes d’Afrique. Les esclaves libérés par les Britanniques, puis par d’autres puissances dans les premiers temps de l’abolition de la traite, deviennent le plus souvent des citoyens libres. Le nombre de ces Noirs libres augmente encore considérablement avec l’abolition de l’esclavage en Amérique. Cette augmentation donne lieu, dans les anciennes puissances esclavagistes, à une réaction en deux temps : l’élaboration d’un racisme  scientifique  et la déportation volontaire ou forcée de Noirs en Afrique. Ses théoriciens multiplient les démonstrations tendancieuses fondées sur des observations et des expériences anatomiques pseudo-scientifiques. Tous ces caractères montrent véritablement une nuance vers la forme des singes, même sensible dans le moral.

Ces habitudes annoncent une mollesse naturelle ou innée de l’âme. Pour appuyer ses théories, Virey met en avant des travaux de dissection comparés de corps blancs et noirs portant sur divers aspects, tels que la couleur du sang ou la taille du cerveau. De nombreux naturalistes, à la suite de Virey, établissent une hiérarchie des groupes humains afin de justifier l’hégémonie politique et historique de  races pures  sur des races prétendues inférieures. Unis, au développement d’un mouvement de  blanchisation  de la population. American Colonization Society, organisation ayant pour but le transport des  Nègres  libres en Afrique. L’argument principal de Mills et de Finley pour promouvoir leur entreprise est l’amélioration des conditions de vie des Noirs.

Ayant finalement obtenu une autorisation gouvernementale pour organiser une colonie en Afrique, l’American Colonization Society envoie en mars 1820 trente familles de  Nègres  libres sur l’Ile Sherbo, située au sud-est de Freetown dans la colonie britannique du Sierra Leone. Le mouvement d’émigration africaine depuis le continent américain est également présent dans une moindre mesure et sous une autre forme au Brésil. Cette mesure a des conséquences directes sur plusieurs centaines d’Afro-brésiliens qui demandent volontairement dans les années suivantes leur retour sur les côtes africaines. Ne pouvant suivre des études aux États-Unis, il part au Liberia avant d’y mener une carrière universitaire et politique. Blyden réfute l’idée d’une hiérarchie des races soutenue par Gobineau et appelle à la solidarité entre les Noirs. Son ouvrage s’inscrit plus globalement dans le débat de l’époque entre les partisans du polygénisme et du monogénisme.