Les propriétés des pierres à ciments et à chaux hydrauliques PDF

Louis Joseph Vicat, né le 31 mars 1786 à Nevers et mort le 10 avril 1861 à Grenoble, est un ingénieur français, inventeur du ciment artificiel. Le père de Louis-Joseph est un sous-officier issu d’une famille protestante du Dauphiné. 1804, il intègre, sur les conseils du mathématicien Joseph Fourier, alors préfet de les propriétés des pierres à ciments et à chaux hydrauliques PDF’Isère, l’École polytechnique.


Recherches sur les propriétés diverses que peuvent acquérir les pierres à ciments et à chaux hydrauliques par l’effet d’une incomplète cuisson : précédées d’observations sur les chaux anomales qui forment le passage des chaux éminemment hydrauliques au ciment / par L.-J. Vicat,…
Date de l’édition originale : 1840

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Par ailleurs, en contrôlant avec minutie les gâchées des ouvriers maçons, Vicat a pu montrer que le bon dosage en eau conditionnait la qualité du mortier. La construction du pont de Souillac commence en 1812. L’ingénieur-chercheur Vicat a été reconnu de son vivant, tant par l’Académie des sciences que par l’État, qui lui a accordé, à titre de reconnaissance nationale, une rente. François Arago a écrit pour l’Assemblée nationale à cette occasion, une description précise de la nature des travaux et découvertes de Louis Vicat, suivie d’une présentation des conséquences positives pour la nation. Arago précise l’apport de Louis Vicat :  M. Vicat composa une chaux artificielle supérieure à celles de Senonches. Ce ciment qui, à l’origine, s’appelait ciment aquatique, fut fabriqué, dès l’année 1796, par MM.

Il était le résultat de la torréfaction de certains galets calcaires ovoïdes qu’on trouve, en assez grande abondance, à quelque distance de Londres. Louis Vicat et il conclut :  une conclusion ressort avec évidence de tout ce qui précède : c’est qu’en supposant l’art des constructions tel qu’il était en 1818 avant les recherches de M. Une compensation pour n’avoir pas fait breveter ses découvertes François Arago ajoute :  M. Vicat a libéralement livré sa découverte au public. Il est certain qu’en s’assurant, à l’aide d’un brevet d’invention, la fabrication privilégiée de la chaux hydraulique artificielle, cet ingénieur aurait fait une fortune immense. Sur ce rapport le projet de loi du gouvernement, attribuant la rente à L. Vicat a été adopté sans discussion, le 16 juin 1845.

1855 par Joseph et Louis Vicat. Cité par Honoré de Balzac dans le Curé de village en 1841 :  Quelle sera la récompense de Vicat, celui d’entre nous qui a fait faire le seul progrès réel à la science pratique des constructions ? Louis Vicat eut un fils, Joseph Vicat, qui fut son assistant pendant 20 ans, puis fonda la société Vicat en 1853. Recherches sur les propriétés diverses que peuvent acquérir les pierres à ciments et à chaux hydrauliques par l’effet d’une complête cuisson précédées d’observations sur les chaux anormales qui forment le passage des chaux éminemment hydraulique aux ciments, 1840. Traité pratique et théorique de la composition des mortiers, ciments et gangues à pouzzolanes et de leurs emploi dans toutes sortes de travaux suivi des moyens d’en apprécier la durée dans les constructions à la mer, 1856. Rapport sur les ponts suspendus en fil de fer sur le Rhône, dans Annales des ponts et chaussées.

Mémoires et documents relatifs à l’art des constructions et au service de l’ingénieur, 1831, 1er semestre, p. Influence du mode d’attache des chaînes sur la résistance des piliers des ponts suspendus, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l’art des constructions et au service de l’ingénieur, 1832, 1er semestre, p. Observations sur les causes de la compression dont les mortiers ou cimens calcaires sont susceptibles, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l’art des constructions et au service de l’ingénieur, 1832, 2e semestre, p. Quelques observations sur les pierres gélives, dans Annales des ponts et chaussées.