Lettres sur la botanique: à Madame Delessert PDF

Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, né le 6 décembre 1721 à Paris, où il a été guillotiné le 22 avril 1794, est un magistrat, botaniste et homme d’État français. Ainsi, lorsque le privilège des éditeurs de l’Encyclopédie est révoqué et que le parlement lettres sur la botanique: à Madame Delessert PDF la saisie des papiers de Diderot, Lamoignon de Malesherbes le fait avertir secrètement. Je n’ai pas le temps d’en faire le triage. En 1769, le père de Malesherbes, chancelier de France, donne sa démission à l’âge de 87 ans.


La botanique était l’une des passions de Jean-Jacques Rousseau, passion qu’il évoque dans la septième promenade des «Rêveries du promeneur solitaire». Ces huit lettres représentent un véritable cours de botanique élémentaire écrit à l’intention de Marguerite Madeleine, la fille d’une cousine, Madeleine-Catherine Delessert. C’est l’occasion pour lui de mettre en pratique les idées pédagogiques de «l’Émile» et de mêler au corpus théorique de la botanique (la classification de Linné) des éléments d’observation de l’entourage immédiat selon les saisons et d’intéresser la fillette «à la connaissance et à la destination des fleurs».

Sa charge est reprise par le Garde des Sceaux, Maupeou, qui cumule ainsi les deux fonctions. Pendant toute l’année 1770, de nombreuses remontrances sont émises par la Cour des Aides, concernant la prolifération d’impôts temporaires qui, au lieu d’être supprimés, sont prorogés par le gouvernement, sans formalité d’enregistrement par le Parlement. Cette année-là, a lieu l’affaire Monnérat, un marchand de Limoges, accusé de contrebande. Après 20 mois d’incarcération, son innocence est reconnue, il est libéré. Devant la Cour des Aides, il demande réparation aux fermiers généraux, ce qui lui vaut une nouvelle arrestation, à la demande de l’abbé Terray, contrôleur général des Finances depuis décembre 1769.

Le Président de Malesherbes prend l’affaire en main et fait arrêter le fermier général qui avait exigé et obtenu une lettre de cachet contre Monnerat. L’affaire remonte jusqu’au Conseil du Roi, qui prend parti pour le fermier général et la Cour des Aides rédige une remontrance. Si le gouvernement a voulu saisir une occasion de faire un acte d’autorité, cette occasion est très mal choisie, parce que la Cour des Aides est peut-être moins faite qu’une autre Compagnie pour mériter cet affront et parce que le fond de l’affaire est une vexation criante et odieuse à laquelle la Cour des Aides a voulu s’opposer. Huit magistrats bretons se rendent en audience auprès du roi pour affirmer leur décision. Deux des huit magistrats sont arrêtés par les mousquetaires à la fin de l’audience accordée par Louis XV.