Pourquoi les trompes ont-elles des éléphants ? PDF

Une fontaine Wallace à Pourquoi les trompes ont-elles des éléphants ? PDF, Paris. Dessinées par Charles-Auguste Lebourg, elles tiennent leur nom de Richard Wallace, le philanthrope britannique qui finança leur édification.


Qui ne s’est jamais demandé pourquoi les orties piquent ? Pourquoi la colle ne colle pas au tube ? Qui a eu l’idée de mettre des bougies sur les gâteaux d’anniversaire ? Pourquoi dit-on d’une femme qu’elle  » porte la culotte  » ? Pourquoi la gauche s’appelle la gauche, et la droite la droite, ou encore pourquoi le mot  » lapin  » est interdit à bord d’un bateau, et comment les oiseaux font pour ne pas se prendre un coup de jus en se posant sur les fils électriques ? A ces questions simples, insolites ou surprenantes, Jean-Baptiste Giraud apporte une explication, parfois plusieurs, non sans humour. De quoi alimenter avec brio toutes vos conversations et répondre sans faillir à vos enfants quand ils vous assaillent de  » Pourquoi ? « 

Pendant la guerre de 1870 déclarée par Napoléon III contre la Prusse, Paris connaît des temps très durs. La reconstruction de la capitale est très rapide, malgré les ravages. Sir Richard Wallace en fontaine Wallace, dans une caricature de Georges Lafosse parue dans Le Trombinoscope de Touchatout en 1873. Parmi ces philanthropes, Sir Richard Wallace est l’un des plus éclectiques et des plus discrets. Ayant hérité de son père une grande fortune en août 1870, il décide d’en faire profiter les Parisiens, ce qui lui vaut une grande popularité.

On peut le considérer comme un philanthrope, au sens propre du terme, comme il y en avait beaucoup à l’époque. Il fonde également un hôpital, s’occupe de l’accueil des victimes des bombardements et de la distribution de vivres à la population. Il reste toujours fidèle à sa nation d’adoption, la France, où il repose désormais, au cimetière du Père-Lachaise. Les fontaines portant son nom comptent parmi ses nombreuses contributions au patrimoine parisien. Paris et à la Commune, de nombreux aqueducs sont détruits, et le prix de l’eau, déjà élevé, en est considérablement augmenté. De nombreux démunis se trouvent dans l’impossibilité d’en trouver gratuitement. Dès lors, la tentation des  marchands de vin  est grande chez les indigents, et c’est un devoir moral que de les aider et de leur permettre de ne pas plonger dans l’ivrognerie.