Proces Des Templiers, Publie Par M. Michelet Volume 2 PDF

Portrait de Jules Michelet par Thomas Couture. Il a également écrit différents essais et ouvrages de mœurs dont certains lui valent des ennuis avec l’Église proces Des Templiers, Publie Par M. Michelet Volume 2 PDF le pouvoir politique.


Initié par son père au travail de l’imprimerie, Jules a la possibilité d’entrer à l’Imprimerie impériale où une place lui est offerte. Cependant, son père refuse, préférant s’imposer des sacrifices pour l’envoyer étudier à l’institution Mélot, tenue par M. Jules y poursuit des études de lettres. Licencié ès lettres le 6 juillet 1818, il peut entrer comme répétiteur à l’institution Briand. En 1831, son Introduction à l’histoire universelle se démarque des ouvrages précédents par le style. Elle met en évidence ses capacités de synthèse et son talent d’écrivain, ainsi que ses étranges qualités de visionnaire qui font réfléchir, mais qui le rendent aussi moins digne de confiance en tant qu’historien. Il y expose sa vision de l’histoire comme un long combat de la liberté contre la fatalité.

Peu après, il commence son œuvre majeure, l’Histoire de France, qui va l’occuper pendant les trente années suivantes. Ces ouvrages, et principalement les Origines du droit français, sont écrits dans la première manière de Michelet, c’est-à-dire dans un style concis et énergique, capable de donner relief aux sujets les plus arides et de revivifier le passé. Depuis janvier 1834, suppléant de Guizot, il professe des cours à la Sorbonne à forte tonalité anglophobe, avivée par son voyage en Angleterre d’août à septembre qui le met en contact avec la révolution industrielle et la misère ouvrière urbaine. 1838 est une année très importante dans la vie de Michelet.

Assisté de son ami Edgar Quinet, il commence une violente polémique contre cet ordre impopulaire et les principes qu’il représente, polémique qui range leurs conférences, surtout celles de Michelet, parmi celles qui avaient à l’époque le plus de succès. Château de Vascœuil dans l’Eure, où Michelet passa une partie de sa vie. Le clergé fut assez puissant pour faire interdire ses cours au Collège de France le 2 janvier 1848, et sa carrière publique en fut définitivement brisée, puisqu’il ne récupéra jamais son professorat. Lors de la révolution de 1848, Michelet, au contraire de nombreux autres hommes de lettres, n’accepte pas d’entrer dans la vie politique active, bien que l’occasion lui en soit offerte. Les débordements de cette révolution, les tirs de la troupe sur le peuple notamment, le convainquent que la démocratie ne sera possible que lorsqu’une foi sera définie et enseignée à l’ensemble des citoyens. Il se consacre avec plus de force à son travail littéraire.