Un récit de ‘meurtre rituel’: L’affaire Raphaël Levy, Metz 1669 PDF

Boulay-Moselle, localement appelée Boulay, est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est. Historiquement et culturellement située en Lorraine, dans le pays de Nied, la commune est un bureau centralisateur cantonal, ainsi qu’une ancienne sous-préfecture départementale de 1919 à 2014. D’autre part, le village d’Halling-lès-Boulay est une commune associée à Boulay-Moselle depuis 1973. Située dans le bassin de vie de la Moselle-Est, en Lorraine, la un récit de ‘meurtre rituel’: L’affaire Raphaël Levy, Metz 1669 PDF est l’une des principales localités de la région naturelle du pays de Nied.


En septembre 1669, Raphaël Lévy se rend à Metz pour y acheter un shofar et du vin pour célébrer, le lendemain soir, le nouvel an juif. Ce même jour, à Glatigny, petit village situé sur la route qui mène de Boulay à Metz, Mangeotte Villemin s’aperçoit de la disparition de son fils, le petit Didier Le Moyne, âgé de trois ans. Un cavalier affirme avoir vu Raphaël Lévy portant un enfant sous son manteau. Tout s’éclaire : les Juifs ont enlevé un enfant chrétien pour célébrer leurs fêtes. L’accusation de meurtre rituel surgit ainsi en France, au moment même où s’achève la chasse aux sorcières.
Dans une Lorraine des frontières, au statut politique incertain, traversée sans cesse par des guerres et des famines, le mythe réapparaît intact, alimenté par une Contre-Réforme militante. Au terme d’un long procès, dont les pièces sont pour la première fois ici présentées de manière exhaustive, durant lequel défile une pléiade d’habitants, on s’immerge dans une culture locale faite, en dépit de liens étroits de sociabilité, de préjugés et de fantasmes suscités par une population juive fidèle à ses rituels et à ses valeurs. Non seulement les Juifs sont supposés tuer de jeunes enfants pour s’emparer de leur sang, mais ils s’en prendraient également, le vendredi saint, au cours de cérémonies sataniques, à la sainte hostie.
Raphaël est soumis aux tortures les plus effroyables avant d’être conduit au bûcher. L’État, qui protège fréquemment ses Juifs, intervient trop tardivement, Louis XIV parvenant seulement à faire libérer les autres Juifs emprisonnés. En ce Grand Siècle où s’affirment la raison et la science, un vent de folie s’est brutalement abattu sur Metz. Puis c’est un long silence : il faudra attendre l’affaire Dreyfus pour que l’affaire Raphaël Lévy resurgisse, avant de s’effacer à nouveau de la mémoire collective.

Professeur entérite de science politique à Paris-I, membre de l’Institut universitaire de France, Pierre Birnbaum enseigne actuellement à New York. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parus chez Fayard, relatifs à l’État et aux Juifs en France depuis deux siècles (La République juive ; Les Fous de la République ; Le Moment antisémite ; L’Aigle et la Synagogue).

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Boulay, désigné Bollei en 1184, est une ancienne ville fortifiée, siège du comté de Boulay. La seigneurie de Boulay relevait du duché de Lorraine jusqu’à son annexion à la France en 1766. Le prince de Condé attaqua le bourg pendant la guerre de Trente Ans. Raphaël Lévy, originaire de Boulay fut accusé à tort en 1669 du meurtre rituel d’un enfant chrétien qu’il aurait enlevé pour célébrer le nouvel an juif. Par édit du 30 juin 1751, Boulay devient le siège d’un nouveau bailliage qui exista jusqu’en 1789. Le ressort du bailliage de Boulay regroupait l’ancienne prévôté de Boulay et celles de Saint-Avold, de Longeville-lès-Saint-Avold et de Faulquemont.

En 1850, il y avait sept brasseries à Boulay, dont trois qui appartenaient à des membres de la famille Mayer. Le 9 août 1870 eu lieu le combat de Boulay durant la guerre franco-allemande de 1870 ou fut engagé le 2e régiment de hussards. Comme les autres communes de l’actuel département de la Moselle, la ville de Boulay est annexée à l’Empire allemand de 1871 à 1918. Un coffret reliquaire de l’époque romane a été acquis en 2000, par le musée de Metz. Article connexe : Élections municipales de 2014 en Moselle. Les données manquantes sont à compléter.

Au collège Victor-Demange, les élèves de classe européenne allemand ont pour correspondants des écoliers allemands de Mengen. Des voyages sont organisés tous les ans. Les harmonies de Boulay et de Mengen se rencontrent elles aussi régulièrement au fil des voyages organisés par les municipalités pour le jumelage. C’est à chaque fois l’occasion de jouer ensemble, car la musique est universelle et permet de dépasser les barrières des langues. Ces moments de partage sont appréciés des musiciens, mais aussi du public des deux villes. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.

La ville comporte de nombreuses grandes surfaces, mais son principal atout est de s’axer sur le centre de la ville. Traces d’anciennes fortifications : deux tours  les vieilles dames Dada . Boulay possédait une très célèbre manufacture d’orgues : la manufacture des grandes orgues Dalstein-Haerpfer. Cimetière Israélite le premier de 1721 dans le jardin du presbytère et remplacé en 1725 par un deuxième rue des Grognards, le troisième de 1930 rue du Général-Newinger. Nécropole soviétique, rue du Général-Newinger, composé de quatre ossuaires de la Deuxième Guerre mondiale provenant du Camp du Ban-Saint-Jean de Denting qui servait de camp de prisonniers de 1942 à 1944. Ici reposent 3 600 Ukrainiens victimes de la guerre 1939-1945 – Les Ukrainiens de France . Temple protestant réformé, rue de Saint-Avold construit entre 1883 et 1884.